26.11.19 09:02

Dead Venus

Écrit par
Évaluer cet élément
(1 Vote)

Pour Metal’Art, j’ai fait un entretien avec mon amie Seraina Telli, l’ex-chanteuse des Burning Witches qui vient de lancer un premier album avec Dead Venus. En suivant la carrière de l’artiste depuis quelques années, il me semble de plus en plus que Telli est une des musiciennes les plus intéressantes de la scène musicale helvétique. Éclaircissons ceci.

Avec les Burning Witches, tu avais quatre jeunes femmes à tes côtés pour jouer du Heavy Metal. Maintenant, avec André Gärtner et Mike Malloth, deux musiciens professionnels expérimentés se sont joints à ton projet solo Dead Venus pour produire une musique plus tranquille. Peut-on dire que le Rock Progressif ou Alternatif reflète davantage ton âme? Le Heavy Metal est une de mes grandes passions, mais pas la seule. Ce qui me fascine dans ce type de musique, c’est le défi vocal de transmettre cette puissance et agression, tout en maintenant le contrôle total de sa voix. Avec Dead Venus, qui est par ailleurs mon groupe et non un « projet solitaire », je peux vivre à fond mon rôle d’artiste en créant quelque chose de nouveau. Je ne définirais pas la musique comme étant „plus tranquille" en général, mais elle a plus de facettes et reste très dynamique - en clair : pas toujours à fond la caisse ! Ceci laisse plus de place aux différents instruments. J'utilise non seulement ma voix, mais aussi les claviers et guitares. Cela me met au défi à différents niveaux et ainsi je reste toujours dans un processus d'apprentissage. Alors oui, cela reflète beaucoup mon âme.

Ton influence chez Dead Venus semble être beaucoup plus forte que chez les Witches. Tu n’écris pas seulement les paroles, mais aussi la musique. Peux-tu révéler ton processus créatif d'écriture à nos lecteurs ? Comment composes-tu ? Romana et moi avions écrit ensemble les chansons des Burning Witches et, bien entendu, nous avions des idées précises. J'ai commencé à composer toute seule dès l'âge de seize ans environ et déjà sous le nom de Dead Venus. Mais la musique n’était pas comme je l’imaginais, car il me manquait encore le savoir-faire. Je suis totalement accro aux mesures, aux temps impairs et asymétriques, même « bizarres ». Au cours de mes études musicales, j'ai appris pas mal de choses sur la théorie musicale et mon écriture s'est développée davantage. Mais, comme je l’ai déjà mentionné, je n’ai jamais eu l’intention d’agir en tant qu’artiste solo. C’est pourquoi j’étais à la recherche de personnes appropriées pour ce type de musique. André (basse) et Mike (batterie) sont avec moi depuis 2015 et nous avons développé notre son ensemble. La composition ne se déroule pas toujours de la même façon. J'ai une idée de texte ou de quelque chose qui me concerne et ensuite je compose la chanson avec l’aide d’un piano ou d’une guitare. Ou j’ai qu’une idée d’harmonie ou de rythme autour desquelles je développe une chanson. L'important pour moi est que les paroles s’allient bien à la musique. Il se trouve alors que des chansons totalement différentes se retrouvent sur un projet. On est ensuite à trois pour les arranger.

Beaucoup de fans, y compris moi-même, n'ont jamais compris pourquoi tu as quitté un groupe comme les Burning Witches, qui est actuellement en plein essor et qui joue aux grands festivals, pour recommencer de, presque, zéro avec Dead Venus. N'était-ce jamais une option pour toi d'être dans les deux groupes en parallèle ? Je pense que les réponses ci-dessus en disent long sur mon choix. Il n’était tout simplement pas possible de faire l’énorme effort de jouer dans deux groupes et je voulais me développer musicalement.

As-tu encore des contacts avec les Witches? Sur Facebook, tu restes uniquement ami avec Alea qui a quitté le groupe avant toi. As-tu eu des « dissonances » avec les autres filles? Comme je l’ai mentionné dans mon communiqué officiel, je leur souhaite une bonne continuation dans leur succès. Avec Laura, ils ont trouvé une chanteuse formidable. Le nouvel album sera certainement une bombe et viendra dans ma collection !

Revenons à Dead Venus, comment décrirais-tu le premier album « Bird of Paradise » à nos lecteurs ? Vous devriez écouter « Bird of Paradise » si vous aimez être surpris ! La musique a de nombreuses facettes, allant de la rage au son doux et du métal au jazz. Elle reste toujours ouverte à une variété d’influences et d’inspirations.

Le titre de « Bird of Paradise » est-il une métaphore pour ton égo de zigoto ? En principe, il s'agit d'être soi-même et de ne pas suivre quelqu'un qui vous dicte votre comportement. Cela peut être de « bons » amis, la société ou vous-même en vous posant des obstacles dans la vie. Je pense que beaucoup de gens peuvent s’identifier à cela.

J'ai lu que lors du concert release au Met-bar à Lenzburg (CH), des fans français étaient venus et un fan allemand faisant même un trajet de 21 heures en bus pour vous voir ! D’autres nouveaux groupes ne peuvent que rêver d’un tel afflux. Comment est-ce possible ? C'est vraiment quelque chose de spécial et nous apprécions fortement ce que certaines personnes étaient prêtes à concéder pour assister à notre release. Ce fut une soirée fantastique dont nous nous souviendrons encore longtemps !

 

Terminons cette interview avec dix petites questions qui nous donnent un aperçu de ta personnalité. 

Mon instrument préféré est : le piano 

Un jour, j'aimerais faire une apparition chez : Opeth ou Judas Priest 

Ma meilleure expérience sur scène était : chaque fois quand les gens étaient touchés par ce que je faisais sur scène 

Un festival que j'aimerais visiter serait: Night of the Prog - de préférence sur scène ! ;-) 

Ma meilleure expérience avec un fan était : après un concert, quelqu'un m'a dit que je l’avais inspiré pour reprendre avec la musique. Ce fut un moment très touchant pour moi. 

La chose la plus folle que j'ai faite : choisir de devenir musicien et de renoncer totalement à une vie "normale" - je ne regrette rien !  

Si je n'étais pas musicienne, je serais : aucune idée, fée des dents peut-être ? Haha, non sérieusement ; il n'y a jamais eu de plan B. 

En tant qu'étudiant j'étais : rêveuse 

Mes autres intérêts sont : le sport, la famille, les amis, l'amour 

Si j’avais un seul souhait, alors : j’aimerais sincèrement qu’il y ait moins de haine dans le monde. Après tout, nous sommes tous dans le même bain. Qu'en pensez-vous?   

Informations supplémentaires

  • Crédit photo: Thierry Schmidli
Lu 783 fois Dernière modification le 26.11.19 09:05
Plus dans cette catégorie : « The Great Old Ones Redemption »