28.11.19 16:12

Liv Sin

Écrit par
Évaluer cet élément
(1 Vote)

L’ancienne chanteuse de Sister Sin, Liv Sin continue sur sa lancée… Après un premier album en 2017, elle nous livre un second “Burning Sermons”, plus affirmé avec des sonorités plus modernes. Liv Sin nous en apprend plus sur cet album.

Pour commencer, comment te sens-tu à la sortie de "Burning Sermons" ? Te sens-tu plus confiante parce que c’est ton deuxième album, ou l’étais-tu déjà pour le premier ? C’est difficile à dire. Je me sens un peu plus confiante, car nous avons vraiment fait un bon travail et nous avons un bon producteur. Malgré tout, c’est toujours stressant de sortir un album, car même si tu penses avoir fait du bon travail, même si tu en es fière, il y aura toujours des personnes qui ne vont pas aimer. Ça rend nerveux de sortir un album, malgré cela oui, je suis plus sûre de moi cette fois.

Tu peux m’en dire plus sur le processus de production de "Burning Sermons” ? Sur cet album, nous avons choisi de travailler avec Emil Nödtveidt (Deathstars). Je savais qu’il avait un studio, car on se connaît et on avait parlé de faire un jour quelque chose ensemble. Cette fois-ci était la bonne, il avait du temps, il était ouvert et voulait faire quelque chose d’autre qu’avec Deathstars. Il voulait s’investir dans le processus et nous avions beaucoup d’idées. Il m’a vraiment aidé à me focaliser sur celles-ci et à les atteindre parfois de manière différente. C’est toujours un bon processus d’enregistrer un album, mais même si tu y passes de bons moments, c’est toujours aussi stressant. Comme nous avions plus de temps, nous avons pu faire grandir et développer les chansons. Nous avons travaillé durant tout l’automne, de septembre à décembre, presque jusqu’en janvier. Je pense que ça m’a permis de rendre les chansons meilleures, de les faire grandir. C’était un plus long processus que sur l’album précédent, mais je pense qu'il était meilleur.

Penses-tu qu’avoir plus de temps est un bon processus pour faire un bon album ? Oui pour cet album, mais ce n’est pas toujours le cas. Avec mon ancien groupe Sister Sin, nous travaillions vraiment bien lorsque nous avions peu de temps et étrangement, on ne travaillait pas bien si on n’avait pas cette pression. Donc, cela dépend un peu de la situation, du groupe, des membres… Mais j’aime quand on n’est pas trop stressé, du moins au début, car à la fin on stresse de toute manière. Je trouvais ça bien d’avoir quelques mois pour travailler sur les chansons et de ne pas le faire juste durant un mois ou deux et de l’enregistrer en quelques semaines. C’est bon d’avoir le temps de réfléchir, mais il ne faut pas trop penser non plus.

Cet album semble être plus lourd avec un côté moderne. Comment décrirais-tu votre son ? Oui je le pense aussi, car nous voulions et nous visions ce style plus moderne. Ce que je veux dire c’est que le premier album était plutôt une sorte d’Heavy Metal ''Old School''. Nous voulions développer cela et ajouter plus de modernité et surtout que ça se ressente. Je visais ce genre lorsque j’ai commencé dans ce groupe et je pense l’avoir trouvé. Bien sûr, j’aimais aussi beaucoup l’album précédent et j’en suis très fière, mais pour celui-ci, c’est vraiment le son que nous recherchions. Quand tu constates comment Emil Nödtveidt a su mettre en avant le clavier, tu en as totalement l’exemple.

Peut-on dire qu’avec cet album tu as trouvé le son que tu voudrais garder pour les prochains ? C’est un peu difficile à dire, je pense que ce son est apparu et que certaines chansons ne correspondraient pas avec le style d’il y a quelques années. Cela dépend de la situation dans laquelle tu te trouves, de savoir si c’est le bon moment ou non pour écrire certains morceaux… Je pense que pour celui-ci, les titres devaient être de ce genre, alors que pour l’album précédent cela n’aurait pas convenu. Comme je l’ai déjà dit, je visais ce style de musique, mais quand j’ai commencé à produire, je ne savais pas exactement ce que j'aurais aimé faire paraître. Je voulais faire vivre des sentiments au travers mes chansons ou la musique, et je pense que j’ai trouvé comment le faire maintenant.

Comme sur le premier, il y a un invité sur le nouvel album. Il s’agit du titre "Hope Begins to Fade" avec Björn. Comment s’est déroulée cette collaboration ? Quand tu parles d’avoir un invité, c’est toujours amusant de faire une collaboration avec un autre groupe ou artiste. J’adore beaucoup Soilwork et je sais que Björn aimait mon ancien groupe Sister Sin, et il craquait un peu quand on jouait en festival ou autres. En plus, il connaît mon label, donc je leur ai demandé, ainsi qu’à mon label, s’il était intéressé de faire une chanson ensemble. C’était génial, car il a accepté, il en avait envie. Sa voix convient vraiment bien pour le titre ''Hope Begins to Fade'' parce que c’est une chanson vraiment groovy et heavy et je pense que sa voix la rend encore plus heavy. Maintenant, nous allons la jouer en live et nous allons essayer d’être aussi heavy que lui.

Pouvez-vous m’en dire plus sur le sujet des paroles que vous évoquez? Parfois vous parlez des médias sociaux, des choses comme çaJ’ai toujours tendance à écrire des chansons à propos de sujets qui me frustrent, des choses personnelles ou juste sur des choses qui se passent autour de moi. Je pense que, j’exprime ma frustration au sujet de la société, ou de ce que l’humain fait. J’exprime ma colère au travers l’écriture et c’est aussi pour ça que j’adore le faire. Parfois, mes paroles sont plutôt à tendance politique ou encore sur des choses qui se passent dans le monde. Il y a par exemple le titre ''Slave To The Machine'' qui évoque la conspiration et les appareils qui prennent le contrôle de notre vie, c’est aussi un moyen pour les gens de pouvoir nous contrôler. J’ai tendance à écrire ma frustration en tant qu’humain, car nous ne prenons pas soin du monde, de notre planète, des animaux, des plantes et de toutes ces choses qui ont leur place ici, tout comme nous. Il y a tellement de choses que vous pouvez trouver dans les paroles… Il y a aussi des choses intimes comme dans la chanson ''Dead Wind Intermezzo'' qui est très heavy et qui est écrite pour mon petit ami. Les paroles sont à la fois personnelles et également une réflexion à propos du monde.

L’année dernière, vous avez sorti un EP acoustique “Inverted”, pouvez-vous m’en dire plus? Pensez-vous réitérer cette expérience à l’avenir ? Je n’en suis pas certaine, c’était une expérience et c’était plutôt sympa, mais j’apprécie davantage le fait de chanter du metal et d’avoir de l’énergie derrière tout ça : quand tu joues du heavy, du groovy et des riffs rapides. Mais sait-on jamais dans le futur, je pourrai faire autre chose. J’aime l’ambiance de la musique soul et du reggae, mais je ne suis pas certaine de pouvoir chanter ça. Comme il ne faut jamais dire jamais… On verra, ce n’est pas quelque chose de planifié pour l’instant.

Pour conclure, pouvez-vous me dire quels sont vos projets pour l’avenir du groupe ? Vous serez bientôt en tournée ? Nous travaillons sur une tournée européenne, mais je ne connais pas toutes les dates. Je sais qu’il y aura l’Espagne en octobre. Nous sommes en train de développer tout ça pour tourner plus en Europe et j’espère donc que ce sera plus long. D’août à septembre, nous allons jouer dans des festivals en Suède. Outre la Suède, j’espère vraiment pouvoir tourner en Europe pour cet automne. J’aimerais aussi jouer en Angleterre, aux États-Unis, et j’adorerais jouer en Amérique du Sud. Nous verrons ce qu’il se passera, mais c’est très compliqué de nos jours, car certains groupes font des tournées et d’autres veulent en faire... Nous, on espère en faire plus.

Lu 717 fois
Plus dans cette catégorie : « Redemption Sabaton »