08.11.19 09:28

The Agonist

Écrit par
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Sixième album et le troisième avec Vicky au chant. Petit entretien avec elle au sujet de «The Orphans» qui va faire parler de lui. Tout comme les précédents.

Que peux-tu nous dire sur le nouvel album ? À quoi peuvent s'attendre les fans ? Jusqu'ici, nous avons sorti deux singles de cet album et je pense que les deux titres sont très bons pour indiquer ce qui est à venir. Ils sont une bonne représentation de l'album. Jusqu'à présent, les réactions ont été vraiment excellentes et nous en sommes très heureux. De manière générale, l’album est lourd, du jeu rapide, du lourd, vous pouvez vous attendre à beaucoup de styles vocaux différents. Et avec des paroles sombres mais aussi avec certaines allusions et positivité ici et là.

Quand j’écoutais les deux nouveaux singles sortis, j’ai été surpris par "Blood as my guide". Le sentiment, l'ambiance ... Mmm ... Eh bien, cela a du sens que c'est un peu différent, parce que cette chanson a été composée par notre batteur, Simon McKay, qui joue aussi de la guitare et écrit parfois une chanson pour un album ou peut-être 2. Alors, bien sûr, ça sonne un peu différent du reste...

Quand tu dis plus sombre que le précédent, ça parle des paroles ou de la musique ? Tout en général. Je pense que parce que j'aime écrire mes voix et mes paroles, j'essaie vraiment de faire correspondre l'émotion que me procure la musique. Quand j'ai entendu toutes ces chansons pour la première fois, j'ai senti qu'elles étaient très sombres. Je voulais que cela reflète aussi avec les paroles et les voix.

Quels sont les thèmes des chansons et pourquoi si sombre ? Eh bien, il y a différents thèmes. Certaines sont basées sur des histoires vraies et des tragédies comme "Blood as my guide", mais d'autres chansons peuvent être basées sur des fictions, comme des histoires de guerre ou des histoires de fantômes ... Je suppose qu'elles sont sombres, mais de la manière qu’elles sont écrites, il y a toujours une lumière positive à venir. En tant qu'auditeur et spectateur, il est vraiment important de pouvoir parler de sujets difficiles qui sont bien réels, mais aussi de donner une lumière positive pour que tout se passe bien à la fin de la journée.

À propos de la pochette: c'est très simple, pourquoi ? Eh bien, nous nous sommes dit que nous devions vraiment rester simples et laisser la musique parler d'elle-même. Cela fait quelques années maintenant que nous utilisons cette image, ce symbole, comme dans notre logo... Nous l'avons intégré dans notre conception de produit, nos bannières et ainsi de suite, mais nous ne l'avons jamais vraiment eu au premier plan alors nous avons pensé pourquoi ne pas simplement mettre cela comme couverture de l’album? Et puis, vous pouvez voir à l'intérieur du livret qu'il y a plus d'images et d'autres choses comme ça. Nous nous sommes simplement dit: rester simple, garder les couleurs sombres et noires, le gris, l'argent, peu importe...

Malheureusement, lorsque vous avez publié les 2 premiers singles, je continue à voir les mêmes commentaires sur la comparaison entre vous et Alissa. Vous êtes dans le groupe depuis 5 ans et c'est votre troisième album ... Est-ce quelque chose que vous commencez à accepter des fans, ou est-ce que cela vous dérange beaucoup ? Pour être honnête, cela ne m'a jamais vraiment dérangé... J'étais pleinement consciente que cela se produirait en entrant dans le groupe et même ça a diminué au fil des ans, comme vous l'avez dit, certaines personnes le soulignent encore, mais ça ne me concerne pas. Je ne suis pas ici pour faire face à ce genre de drame, je suis juste ici pour faire de la musique et grandir en tant qu'artiste et, espérons-le, pour obtenir des fans et des fans qui nous aiment réellement pour ce que nous faisons plutôt que de nous comparer. Ça va toujours arriver, je pense que ça se voit dans tous les groupes qui changent d'hommes ou de femmes. C'est un stigmate dont on ne peut pas vraiment se débarrasser. Mais est-ce vraiment important ? Vous ne pouvez pas revenir en arrière et changer le passé, changer la façon dont les choses ont été. Aujourd'hui, c'est tout ce qui compte. Nous essayons simplement de donner aux gens plus de musique et c'est vraiment ça. Je pense que pour beaucoup de gens c'est juste "le facteur de changement", il ne s'agit pas de savoir qui est meilleur ou qui est pire, c'est juste qu'ils entendent quelque chose de différent de ce à quoi ils étaient habitués... Je pense que ceux qui ont déjà aimé The Agonist continuent à le faire et cela dépend aussi des raisons pour lesquelles vous écoutez un groupe. Peut-être que beaucoup de gens qui continuent ce genre de débat étaient principalement des fans du groupe pour Alissa et pas pour le groupe dans son ensemble. Certaines personnes ont de la difficulté à accepter le changement et j'ai l'impression qu'elle a également rendu la tâche difficile, au fil des années, parce qu'elle la mentionnait toujours dans les interviews et évoquait le sujet encore et encore. Donc, je suppose que les gens qui étaient, et qui sont, de très grands fans d'elle reviendraient et apporteraient cette négativité de son côté également, donc c'est toujours recycler la même chose encore et encore.

Sur l'album précédent, sur Five, vous avez fait une reprise de "Take Me To Church"... Avez-vous pensé que vous auriez beaucoup de succès avec cette reprise ? Je pense que nous avons fait du bon travail avec, c'est une interprétation intéressante de la chanson. Pour nous, il a toujours été difficile de penser aux reprises que nous puissions faire parce que l’on veut prendre une chanson et changer la musique aussi, pas seulement la rejouer... Celle-là était en fait un peu comme une décision de dernière minute. Nous parlions de faire une reprise pour cet album et nous étions déjà en studio en train d’enregistrer. Nous étions comme "oh faisons juste cette chanson" et nous avons mis ces idées sur le vif presque, alors je pense à ce que c'était, une décision de dernière minute. Tout le monde ne connaissait pas nécessairement la chanson si bien que nous avons fait un très bon travail. Il semble que beaucoup de gens aiment la version plus rock / métal de la version pop.

Le nouvel album paraîtra le 20 septembre, avant de partir en tournée en Amérique du Nord, je suppose... Oui, jusqu’à présent, nous n’avons que quelques dates, je pense 4 ou 5, dans les environs, comme Montréal, Québec, Toronto... Celles-ci sont proches de la sortie de l’album... Bien sûr à Montréal, c’est d’où vient le groupe et il y aura une release party... Et plus tard, nous avons cette tournée européenne. Nous n'avons encore rien d'autre, mais nous essayons et planifions des choses, notamment pour 2020.

À propos des tournées, en Europe, on ne voit pas beaucoup The Agonist… Oui, cela a toujours été très difficile pour nous et il est difficile de passer outre-mer... Cela en vaut la peine si nous pouvons faire une belle et longue tournée dans tous les pays européens, ce qui est très difficile parfois pour que cela se produise, mais nous avons quelque chose de prévu, ce n'est pas encore annoncé, mais peut-être que lorsque cette publication paraîtra, cela pourrait être. (ndlr : tournée en support de Jinjer annoncée après notre entretien).

Quelle est la grande différence pour vous de jouer en Amérique et en Europe ? Ce n'est pas une chose générale, l'Europe est un grand continent comme l'Amérique du Nord, et la participation varie d'un pays à l'autre ou d'un État à l'autre. J'ai l'impression qu'en général, lorsque nous allons dans les États ou pays du sud, il y a beaucoup d'hospitalité. Les gens sont chauds, il fait beau, on se croirait parfois même en vacances ... alors que, plus on va vers le nord, plus on se croirait dans les affaires ... Je dirais que la principale différence est entre les salles et les gens avec qui vous travaillez plutôt qu’avec les fans, parce que les fans sont géniaux, partout. La différence avec l'Europe, je pense que dans l'ensemble, c'est que les salles essaient de faire en sorte que les groupes se sentent chez eux. Assez souvent, il y a de bons services de restauration, des douches,... L'Amérique du Nord, c'est plutôt: voici votre argent, ça y est, c'est plus structuré en affaires.

Une tournée de festival est également possible ? J'espère (rires). Nous sommes ici, nous avons un nouvel album, nous n'avons pas joué de festivals depuis longtemps et nous n'avons pas joué beaucoup de festivals dans notre carrière... J'espère vraiment!

Au sujet de vos attentes futures, que voulez-vous faire et que vous ne pouviez pas réaliser jusqu'à présent? Quelque chose dont vous rêvez? (comme un duo par exemple) Je n'ai rien de spécifique, il n'y a pas ... comme un groupe dans lequel je dirais "oh mec, j'aimerais que nous puissions tourner avec ce groupe" ... Il y a plusieurs artistes que je dirais "ce serait sympa ", mais honnêtement, je pense que pour le futur, mes attentes sont plus vagues ... J'adorerais faire ce que je fais maintenant, mais à plus grande échelle. Après le cycle de cet album, écrivez un autre album ou, en dehors de The Agonist, réalisez plus de projets parallèles ou de collaborations qui ... J'en ai déjà fait par le passé ... peut-être encore plus .... J'aime créer de la musique tellement je pense que plus on est de fous, plus j'espère que je pourrai continuer à le faire à l'avenir.

Je vais vous donner les derniers mots aux lecteurs ... Je tiens à remercier tous les fans qui nous ont soutenus au cours des années. Si vous ne nous connaissez pas et que vous lisez ceci par hasard, allez écouter notre nouvel album "Orphans". J'espère que vous aimerez.

Lu 2360 fois Dernière modification le 08.11.19 12:26
Plus dans cette catégorie : « Brutus The Great Old Ones »